jeudi 17 mai 2012

Projet avorté - 2006 - Crash Bandits



Pour bien comprendre l’aventure Crash Bandits, il faut revenir en mai 2005, en France. C’est au Festival du Film de Cannes que l’interprète de Dark Vador dans la prélogie de George Lucas, Hayden Christensen, rencontre Philippe Martinez, un producteur et réalisateur français qui rêve de s’établir à Hollywood pour y fonder un studio. Pour cela, le marseillais se targue d’avoir en poche la somme de 250 millions de dollars, une somme qu’il voudrait utiliser pour produire et distribuer des films indépendants. Pour Hayden et son frère Tove, qui ont fondé la boîte de production Forrest Park Pictures, c’est bien assez pour concrétiser leurs projets. A Cannes, ils signent un contrat qui permet au studio Bauer Martinez d’avoir, sur n'importe quel projet venant de la Forrest Park Pictures, un droit de regard prioritaire. C’est le célèbre First Look Agreement. Pour cela, la Forest Park Pictures reçoit 200 000 dollars de Bauer Martinez. A la même période, la Bauer Martinez Entertainment signe plusieurs contrats avec des scénaristes, des réalisateurs et des acteurs pour s’assurer de leurs services sur des films que Martinez à l’intention de produire via ses trois boîtes : la BMS Picture Three, la Bauer Martinez Entertainment et Lucky 7.


A la fin du mois d’octobre 2005, Martinez, via ses trois filiales, fait signer à Hayden Christensen un contrat d’acteur (Actor Agreement) pour le film Crash Bandits que Martinez a l’intention de produire. Le contrat d’acteur signé comporte la célèbre clause Pay or Play qui stipule que l’artiste signataire sera payé même si le projet ne se fait pas. Dans le cas de Crash Bandits, le montant du cachet s’élève à 3 millions de dollars. Tove Christensen devient par contrat, le coproducteur de Crash Bandits. Pour cela, Martinez le paiera 150 000 dollars. Le film est donc lancé, et les premières annonces de pleuvoir, pour attirer les acheteurs potentiels, ce qu’attend Martinez afin d'alimenter les caisses…

En novembre 2005, on apprend que John McTiernan réalisera Crash Bandits à partir du 15 février 2006 en Thaïlande. L’histoire est celle d’un chasseur de trésor particulier, puisqu’il s’intéresse aux épaves d’avions. Le 15 février arrive, et rien ne se passe. Il faudra attendre le mois de mars 2006, pour voir le tournage repoussé au mois de janvier 2007. On apprend aussi que le film se tournerait dans le sud de la Thaïlande, à Phuket et dans la ville de Chiang Mai, célèbre pour ses 300 temples. Ce long report est dû à la volonté de mieux préparer le tournage du film. La Thaïlande s’impatiente de la venue de Crash Bandits. Le pays attend les 5 millions de dollars (environ 200 millions de bhats) que le projet est censé apporter, autant que le Alexandre de Oliver Stone avait amené en 2004.

Avril 2006. Histoire de faire patienter, un pitch un peu plus détaillé fait son apparition. Précisons que le scénario est signé par Michael Stokes, un scénariste canadien auteur de plusieurs série B. Le chasseur de trésor s’appelle Jack McBride et il devra affronter son ennemi et concurrent qui détient son ex-femme en otage. Elle sera jouée par Amber Valletta, vue dans la suite du Transporteur. Il serait aussi question d’une épave d’un avion, cachée en pleine jungle, et qui renfermerait un indice crucial menant à un joli trésor. C’est tout ce qu’on aura. Il faudra un peu fouiller pour grappiller une information complémentaire, à savoir la présence au casting de l’acteur de comédie Kal Penn (la série des Harold et Kumar).


A la fin du mois de novembre 2006, deux nouvelles tombent, le tournage est reporté à l’été 2007 et l’Afrique du Sud s’ajoute à la Thaïlande comme lieu de tournage. En 2007, à la mi-janvier, des problèmes de financements émergent de la Bauer Martinez et pourraient empêcher la production de Crash Bandits. Le 4 mars 2007, ces problèmes se précisent dans un article du Los Angeles Times révélant que le français doit au scénariste de Training Days David Ayer la somme de 2,2 millions de dollars. Martinez a acheté à Ayer son premier film, Harsh Times avec Christian Bale. Le cas de Ayer n’est pas un cas isolé. Plusieurs films en production et en post production souffrent des problèmes de gestion de Martinez. Parmi eux, on peut citer I could never be a woman avec Michelle Pfeiffer et Paul Rudd, The Amateurs avec Jeff Bridges et The Flock, premier film américain du réalisateur des Infernal Affairs Andrew Law qui sera remercié par Martinez à la toute fin du tournage.

En avril 2007, Crash Bandits disparait purement et simplement du site IMDB. Le projet est mort et enterré. Le 26 septembre 2008, Philippe Martinez le wannabe Mogul met un terme à son délire Hollywoodien en fermant ses trois boîtes. En 2009, les frères Christensen réclament, via la Justice, le reste du cachet du contrat d’acteur de Hayden. Celui-ci s’élève à 2,6 millions de dollars. Mais, conscients qu’ils ne verront pas un centime de cette somme, Hayden et Tove arrêtent les poursuites de fraude et de fausses allégations (les 250 millions fantomes) à l’encontre de Philippe Martinez.

Et John McTiernan dans tout ça ? Le réalisateur beigne jusqu’au cou dans l’affaire Pellicano. Martinez en profite pour poursuivre McTiernan qui selon lui, est le véritable responsable de l’échec du projet Crash Bandits. McTiernan aurait brisé lui-même son contrat en cachant au studio Bauer Martinez qu’il plaiderait coupable pour avoir menti aux agents fédéraux dans l’affaire des écoutes. Martinez estime avoir perdu en tout 2 millions de dollars dans le développement de Crash Bandits. McTiernan contre attaquera en reprenant les poursuites engagées par les frères Christensen. Un arrangement mettra fin à cette petite guerre.

Hayden Christensen et John McTiernan essayeront de collaborer une nouvelle fois ensemble en 2010 sur le projet Run, mais ceci est une autre histoire...

Philippe Martinez passera de la côte ouest à la côte est en s’associant à la Sanborn Studio mais son nom traîne tellement de casseroles qu’il est désormais impossible pour lui d’être pris au sérieux. Depuis, plus rien, et c’est tant mieux.


mercredi 16 mai 2012

Projet avorté - 2000 - The Extractors




The Extractors est l’histoire d’une équipe d’extracteurs de prisonnier qui libère le mauvais prisonnier, un terroriste international. La CIA est désormais sur leur dos, et ils n’ont plus d’autre choix que de retrouver le fugitif avant qu’il ne reprenne ses activités criminelles.

Ecrit par Kevin Fox et James Demonaco, les scénaristes de The Negociator, The Extractors est produit par la MGM/UA, c’est un gros film d’action à 5O millions de dollars dont Christian Duguay (Screamers, The Art of War) devrait assurer la réalisation. Duguay avoue être intéressé par l’idée du film, à savoir payer quelqu’un pour qu’il écarte les barreaux. On est alors en février 2000.

Le projet refait surface la même année, au mois de novembre. On apprend que Samuel L. Jackson tiendrait le rôle du chef des extracteurs et que John McTiernan cadrerait leurs mésaventures. Le réalisateur est alors en plein tournage de Rollerball. The Extractors signerait les retrouvailles de Mct avec l’interprète de Zeus dans Die Hard with a vengeance. Christian Duguay partira filmer son Cliffhanger qui sortira deux ans plus tard sous le nom de The Extremists…

Rollerball délivre son message anti-MTV au mauvais public en 2002. C’est la douche froide. La MGM/UA rompe avec celui qui a fait en 1999 du remake de Thomas Crown un joli succès. 2003, le lion qui baille annonce John Stockwell à la réalisation de The Extractors. Le script a été retouché, par le scénariste Larry Golin et par l’auteur de Blue Crush. Quelques éléments de l’histoire filtrent. L’extraction du terroriste (que les libérateurs pensent être un agent de la CIA) se déroule en Sibérie (alors que dans la première version, une prison située dans l’état du Connecticut a été retenue lors de repérage.) La chasse devait se terminer à Cuba.

Stockwell ne réalisera pas le film mais est-ce la fin du projet ? Oui, si l’on en croit cette rumeur sortie en 2008 annonçant, en remplaçant de Samuel L. Jackson, Ice Cube, une ancienne gloire du Gangsta Rap ressemblant désormais au Hamburger Dark Vador sorti en février dernier pour le ressortie de La Menace Fantôme. Comme s’il avait trompé son monde à l’époque de XXX (au carré ou au cube). Depuis, plus rien.



mardi 15 mai 2012

Projet avorté - 2002 - The Booster

Annoncé en 2002, The Booster est l'adaptation du livre éponyme de Eugene Izzi, auteur américain de polars hard-boiled. Le script est signé Sheldon Turner (In The Air) et Ed Solomon (Men In Black, Super Mario Bros...), d'après une première version rédigée par Gordon Eriksen (Lena's Dream) en 2000.

L'histoire est celle d'un voleur professionnel qui sort de sa retraite pour tenter le casse du siècle, pendant une violente tempête hivernale. Sa cible : la Sears Tower de Chicago.




En janvier 2002, c'est Mimi Leder, la réalisatrice du Pacificateur qui est prévue derrière la caméra. Il faudra attendre le mois d'août pour apprendre que Vin Diesel et Morgan Freeman sont prévus au casting et que c'est John McTiernan qui doit réaliser. Il vient de terminer Basic pour le compte d'Intermédia Films qui se charge de produire The Booster avec Johnson Prods.

Encore une histoire de voleur, trois ans après Thomas Crown, encore une histoire de building assiégé par un voleur, quinze ans après Die Hard. Du pain bénit pour le réalisateur, hélas, Basic ne rencontrera pas le succès qu'il méritait, une bonne raison pour Intermédia Films de mettre fin à leur collaboration. Dommage, la rencontre entre le maître du cinéma d'action et l'action man Vin Diesel aurait pu faire des étincelles.

dimanche 13 mai 2012

Projet avorté - 2002 - The Garbo Deception





Juan Pujol Garcia restera dans l’histoire de la Seconde guerre mondiale comme celui qui berna les allemands avec son faux réseau d’agents secret à l’approche du Jour-J. Les services secrets anglais lui donneront le nom de code Garbo.

En décembre 2001, Artisan Pictures engage le scénariste Bill Wheeler pour écrire The Garbo Deception, littéralement La Tromperie Garbo. Le projet est présenté comme une étude de caractère et se concentre sur la personnalité de l’agent Garbo. A l’époque, Tom Cruise développe un projet similaire basé sur les exploits du magicien britannique Jasper Maskalyne.

Début janvier 2002, les premières rumeurs de casting tombent un peu partout sur la toile. On apprend que Gérard Depardieu est pressenti pour jouer Pujol/Garbo, que les américains Kevin Spacey et John Travolta seraient de la partie et joueraient les contacts de l'agent espagnol. Côté participation féminine, les noms de Sigourney Weaver et d’Emmanuelle Béart sont avancés. Béart devrait jouer la femme de Garbo. John McTiernan qui est alors en plein tournage de Basic, avec John Travolta, est mentionné comme réalisateur.


samedi 12 mai 2012

Projet avorté - 1993 - Captain Blood





Captain Blood de Michael Curtiz est sorti en 1935, il raconte les aventures de Peter Blood, médecin devenu esclave qui deviendra pirate des Caraïbes. En 1992, le producteur des deux premiers Conan, Edward R. Pressman, souhaite renouveler les aventures du capitaine en mettant sur les rails un remake. Le 6 novembre 1992, un article du Orlando Sentinel nous apprend que Oliver Stone, dont Pressman a produit le Wall Street, devrait réaliser le film.

Un an plus tard, le 27 septembre 1993, Variety révèle que Alec Baldwin récupère le rôle mais le 6 décembre de la même année, il annonce que Mel Gibson, à qui Morgan Creek vient de proposer 12 millions de dollars pour lancer le film de John Milius « The Northern » (dans lequel il jouerait un moine anglais kidnappé par des vikings), est courtisé par la Warner pour jouer le rôle principal du Captain Blood de John McTiernan et surtout, pour donner le feu vert au film, ce que le nom de Baldwin est lui, incapable de faire…

En novembre 1994, Arnold Schwarzenegger, intéressé par le rôle, déclare que tout est réglé en ce qui concerne sa participation au film. Le tournage devrait commencer, selon Pressman, en février (1995), dans les Caraïbes. Il n’est plus fait mention de John Mctiernan. La star va même jusqu’à engager un peintre, Morgan Weistling, pour le représenter sur une toile dans les habits du pirate Blood.


Le scénario de Captain Blood a été confié à Jonathan Hensleigh, futur auteur de Simon Says, le script qui deviendra le troisième Die Hard. Chuck Russel dont le Mask avec Jim Carrey a fait un carton, est un ami du scénariste et réalisateur Frank Darabont. Ils ont travaillé ensemble sur la version eighties du Blob. Alors qu’on lui offre une série de comédies fantastiques, le réalisateur du troisième Freddy préfère partir sur les traces du Captain Blood. Darabont et Russell vont alors retravailler le script de Hensleigh. Mais Cutthroat, le swashbuckler de Renny Harlin sort sur les écrans américains le 22 décembre 1995. Le film est un four et met un terme à tous les projets de ce type. Captain Blood passe pour un bon moment à la trappe. Chuck Russel et la star autrichienne se tourne alors vers le film Eraser, un film d’action honnête qui connait cependant quelques problèmes de production. Le réalisateur serait lent et ne prendrait pas assez vite les décisions, ce qui aurait été très gênant lors d’un tournage comme celui de Captain Blood.

Le scénario est parait-il d’un très bon niveau. Il raconterait comment Peter Blood, médecin à qui on a enlevé la liberté, s’emparerait d’un vaisseau pirate appartenant au terrible Don Diego lors de l’attaque de Port Royal. Peter Blood devrait se battre contre trois méchants. Il y aurait trois grands duels, une île d’esclaves travaillant dans une mine d’émeraudes qu’il faudrait libérer et des retournements de situation en pagaille, des alliances héros-méchants et bien sûr les célèbres scènes de combats navals et leur lot de tirs de boulets de canon et de combats à l’épée…

Le projet refait surface en 2008, le scénariste John Brownlow reprend la main et Philip Noyce est pressenti pour le réaliser. Un an plus tard, les frères Spierig (Daybreakers avec Ethan Hawke) se disent intéressés, gardent l’histoire de Brownlow mais veulent remplacer la mer par le vide spatial. Depuis, plus rien.

vendredi 11 mai 2012

Projet avorté - 1993 - Bitterroot a.k.a The Nez-Percé War

Dans ses plus récentes interview, John McTiernan parlait d’un projet qui lui tenait à cœur, un projet de longue date, celui pour lequel aucun compromis n’est possible, et surtout pas la cession des droits. Ce projet se nomme The Nez-Perce War, et comme son titre l’indique, il raconte le combat des Nez-Percés, une tribu d’indiens forcés par le gouvernement américain de quitter leur terre et de gagner une réserve.

The Nez-Perce War était connu au début des années 90 sous le titre Bitterroot (une immense forêt du Montana et de l’Idaho). Le scénario est signé David Shaber, un habitué de McTiernan puisqu’il a signé (sans toutefois être crédité au générique) la dernière version du script de A la poursuite d’Octobre Rouge. On lui doit aussi les scénarios de The Warriors et de Flight of the Navigator, réalisé par John Milius et produit par McTiernan.

Le projet, porté par le couple McTiernan-Dubrow est développé au sein de Cinergi mais il est très vite repris par la Paramount qui demande à Larry McMurtry de polir le script. Nous sommes alors en 1992 et le studio exprime sa réticence et traine à donner le feu vert au film, arguant que de nombreux autres projets de western sont en cours de développement.

Un argument qui sera repris, à raison, un an plus tard quand, dans un article de Variety datant du 25 avril 1993, on apprend que le budget du film s’élève à 50 millions de dollars et que même la présence au casting de la star montante Keanu reeves et de Gene Hackman ne suffisent pas à lancer la production du film. La Paramount est frileuse face à la douzaine, voire plus, de projets de westerns et préfère passer la main après un dernier effort, le remplacement de Reeves par Brad Pitt. Rien n’y fait. D’ailleurs que peut-on faire quand le projet est tour à tour refusé par Tom Cruise, Mel Gibson et Richard Gere… Brad Pitt ira tourner Légendes d’automne pour Tristar et Gene Hackman signe, alors qu’il est toujours en contrat sur Bitterroot, avec la Columbia pour le Geronimo de Walter Hill. Cela n’inquiète pas l’épouse et partenaire de McTiernan puisque les deux rôles sont très différents.

Et puis arrive le désastre critique et public de Last Action Hero. La bombe explose mais personne ne l’entend, personne ne la voit. Et le couple de se retirer dans le Wyoming où se trouve leur ranch, base éloignée du manège hollywoodien qui donne la gerbe au réalisateur. Selon les dires de Donna Dubrow reproduits dans un article du Bangor Daily News datant du 20 juillet 1993, son mari est plus que lessivé par la sortie désastreuse de son méta film. Malgré tout, Dubrow pense que le projet n’est pas mort et enterré, un autre studio pourrait le reprendre et décider un début de production au printemps 1994. Il n’en sera rien. On y apprend aussi que l’acteur Graham Greene devait jouait dans Bitterroot. McTiernan lui confiera deux ans plus tard, un rôle de flic courageux dans Die Hard : With a Vengeance. La guerre des Nez-Percés, page honteuse de l’histoire américaine, ne viendra jamais souiller les toiles blanches des multiplexes. Dommage...

Projet avorté - 1988-1990 - Sgt Rock


Personnage créé en 1959 par le duo Bob Kanigher et Joe Kubert pour le compte de DC Comics, le Sergent Rock, aidé de la Easy Company, livre des batailles contre l’armée allemande dans l’Europe occupée de la Seconde guerre mondiale. Du bonheur pour Hollywood et pour le producteur de films d’action over the top Joel Silver qui en acquiert les droits.

David Webb Peoples, un des auteurs de Blade Runner, écrit une version en 1987. La même année, plus précisément en juin sort Predator, film produit par Silver et dans lequel Arnie mène sa troupe au fond de la jungle. John Mctiernan est aux commandes. Shane Black, scénariste et espion au service du producteur, fait partie de l’équipe. L’histoire est connue, lors du générique de fin, le scénariste de L’Arme Fatale lit un numéro du Sgt Rock, comme si Joel Silver, sûr de son coup, nous faisait la promesse d’une prochaine adaptation du comics.

Le script va subir une première révision, confiée à Steven E de Souza, un des scénaristes de Die Hard. Die Hard qui sort en 1988. Une semaine après sa sortie, John Mctiernan déclare au Chicago Tribune du 11 août : J’ai été incapable de trouver des zones assez vastes en Europe pour tourner les incroyables scènes d’explosions qu’il y aura dans Sgt Rock. Je vous promets plus d’explosions et des explosions plus énormes encore que dans Die Hard. On a compris c’est la guerre avec tout ce qu’elle peut générer en terme de spectacle et de dégâts. Le réalisateur ajoute : Il est difficile de trouver en Italie des lieux qui gardent encore des traces des combats qui ont eu lieu lors de cette période, alors qu’en Espagne, on trouve encore des petits villages en ruines qui n’ont pas changé depuis la fin de la guerre civile. Le tournage est donc prévu en Espagne pour les décors naturels (l’action se situe pourtant en Italie pendant l’hiver 1944) et dans le Montana, aux Etats-Unis, ainsi que dans d’autres états de l’ouest nord-américain pour les plus grosses scènes de destruction. Les premières prises de vues doivent débuter fin septembre 88 ou au pire, début octobre. Il n’en sera rien. Pourtant, comme l’indique Steven E de Souza lors d’une interview pour le site web Deepwoods, tout était prêt : Sgt Rock a été annulé seulement quelques semaines avant le début du tournage. John Mctiernan, le réalisateur était en plein repérage et Arnold essayait ses costumes… Il paraitrait aussi que des badges montrant la star dans le costume du sergent circulaient à l’époque lors des conventions. Les raisons de l’annulation n’ont jamais été évoquées. Mctiernan quitte Silver pour d’autres aventures patriotiques, celle de Jack Ryan et de l'Octobre Rouge.

Deux années passent, nous sommes en 1992 et Ebbe Roe Smith retravaille le script. En 1993, le grand John Milius livre sa version, une version trop ambitieuse, comprendre trop coûteuse. Trois ans plus tard, en 1996, c’est à Brian Helgeland de retoucher le script. Dix ans plus tard, le projet semble sérieusement remis sur les rails. John Cox est engagé pour écrire une toute nouvelle aventure du sergent et de sa fine équipe. On est en 2007 et Guy Ritchie est pressenti pour le réaliser. En 2008, Guy Ritchie réalise Sherlock Holmes pour le compte de Joel Silver. A l’automne 2009, plusieurs nouvelles tombent : Joel Silver ne produirait pas tout seul Sgt Rock, il s’allierait avec le très nul Akiva Goldsman. Deuxièment, c’est Chad St. John qui écrirait le script et Francis Lawrence (I am Legend) qui réaliserait le film dont l’histoire ne se déroulerait plus en 44 mais de nos jours. Cette salve de nouvelles ne plait guère aux fans. Ne vous inquiétez pas, le pire reste à venir. En 2010, Silver veut déplacer l’action du film dans le futur. Depuis, rien de plus, si ce n’est que Joel Silver n'a pas renouvelé son contrat avec la Warner, que la Marvel et son Captain America nous a donné notre dose d’héroïsme et de patriotisme ricain.
Marvel 1, DC Comics 0.


Projet avorté - 1999 - Quiller Solitaire

La série des romans d'espionnage anglais Quiller intéresse depuis longtemps Hollywood et a déjà fait l'objet d'une adaptation au cinéma en 1966 avec dans le rôle principal, l'acteur George Segal. Il faudra attendre une trentaine d'année avant qu'un autre projet d'adaptation sérieux voit le jour.








La MGM/UA a racheté les droits des 18 romans Quiller et engage en 1996 le réalisateur Martin Campbell (qui s'y connait en agent britannique depuis le succés de son Goldeneye) pour donner vie au script de Jim et John Thomas, les auteurs du premier Predator.

Les choses trainent jusqu'en mai 1999 où on apprend dans Variety que John Mctiernan est intéressé par le projet. Mais en octobre de la même année, le journal révèle que Mct s'est retiré de la course et que le studio recherche un nouveau réalisateur.

En mars 2000, l'acteur John Travolta se dit très intéressé par le rôle de l'agent (tout dépend de qui se trouve derrière la caméra) et que la MGM/UA voudrait en faire une franchise de films d'action et d'aventure.

Interrogé par le site Joblo en avril 2000 sur l'état du projet, Travolta déclare : Le film devait se faire et puis, un autre projet l'a devancé parce que certains éléments n'étaient pas vraiment prêts, alors j'ai pris celui qui allait se faire le plus rapidement. Cela ne veut pas dire que Quiller ne se fera pas, il faudra juste attendre encore un peu.

Dans un article du Hollywood Reporter datant du 20 décembre 2000, c'est le réalisateur du film Stigmata, Rupert Wainwright, autant dire un pro du film d'action, qui signe à la MGM pour réaliser Quiller. Depuis, plus rien.

mardi 1 mai 2012

1999 - 2002 . Rollerball - Chronologie

Note de l'auteur :
Les renseignements de cette chronologie proviennent essentiellement du site IGN.

18.05.1999
Le remake de Thomas Crown est un succés publique et critique. MGM confie à John Mctiernan deux projets, Quiller Solitaire et un autre film de Norman Jewison : Rollerball.

09.02.2000
Chris Klein, une star de Teen Comedy, obtient le rôle principal, il succède à James Caan dans le rôle de Johnathan Cross.



18.05.2000
Rollerball est doté d'un budget de 85 millions de dollars. Jean Reno rejoint le casting. La sortie du film est prévue pour l'été 2001. John Mctiernan est en repérage au Canada (Montréal), aux Etats-Unis et en Europe. Lors du festival de Cannes, des co-financiers font leur apparition: les sociétés Atlas Entertainement, Helkon Media et la Toho-Towa. La distribution est confiée à Colombia Tristar sauf pour l'Allemagne, le Japon et l'Italie. La chaîne du câble Showtime obtient les droits de diffusion.

26.06.2000
Le tournage commence à Montréal. Rebecca Romijn Stamos fait partie du casting.


10.08.2000
Tyler Mane ( le Sabretooth du premier X-Men et donc partenaire à l'écran de Rebecca Romijn Stamos ) est en pourparler pour intégrer le casting du film.


13.08.2000
LL Cole J répond aux questions des journalistes. D'après le site conancompletelist, des scènes avec des figurants sont tournées.

19.10.2000
Première conférence de presse. Elle est centrée sur la violence du film.

12.12.2000
Tournage de la fameuse séquence en night shot. L'équipe passe 14 heures dans le noir. Elle est équipée de lunettes à vision nocturne. Cela tient de l'inédit.



01.01.2001
Le premier teaser fait son apparition. Le film doit sortir le 1er juillet 2001.

28.04.2001
Tournage additionnel à San Francisco. La scène de street luge qui ouvre le film.


22.06.2001
La sortie est repoussée au 17 août 2001

04.06.2001
La sortie est repoussée au printemps 2002. Sur ce nouveau report, le réalisateur déclare: Je suis très content la demande du studio, c'est exactement ce que je désirais.

31.07.2001
La sortie est repoussée à l'hiver 2002.

01.09.2001
De nouvelles photos du film apparaissent.

Octobre 2001
La date de sortie est arrêtée au 8 février 2002. Le film est classé PG 13. Une nouvelle affiche apparait.

22.11.2001
La classification du film, PG 13, est officielle.

21.12.2001
Le chanteur Rob Zombie a écrit une chanson spécialement pour le film.

09.01.2002
A moins d'un mois avant la sortie, on apprend que la chanteuse PINK fait une apparition dans le film, que Rob Zombie a réalisé le clip de sa chanson Never Gonna Stop (The Red, Red Kroovy).

26.01.2002
Le clip de Rob Zombie sort.


08.02.2002
Le film sort enfin, aux côtés de Collateral Damages.